Pétition pour Léa

Il y a un an, la France entière était secouée par un crime atroce commis dans la nuit de la Saint Sylvestre à Montpellier. Léa, 17 ans, était assassinée.
Karine (la maman de Léa), que beaucoup de baillarguois connaissent car elle est institutrice à Baillargues, a décidé de médiatiser l’affaire afin de mener le combat pour sa fille jusqu’au bout. Elle a besoin de tous ceux qui voudront bien la soutenir pour que sa démarche ait le plus de poids possible.
Elle appelle tous ceux qui le souhaitent à prendre connaissance du dossier et à signer la pétition en ligne ci-dessous

(Bien valider votre signature en accusant réception du mail que vous recevrez sur votre boîte)
http://www.petitionenligne.fr/petition/lea-droit-a-un-proces-equitable/2096

https://www.facebook.com/pages/Léa-Droit-à-un-procès-équitable/340046046017192
Le message de Karine :

« Le premier janvier 2011 à l’issue d’un réveillon qui rassemblait une vingtaine d’adolescents et jeunes adultes ma fille Léa âgée de 17 ans a été violée et assassinée avec une cruauté inouïe, littéralement massacrée. Elle a vécu un calvaire et agonisé pendant des heures. Je n’ai pas reconnu le visage de ma fille à la morgue, défigurée, méconnaissable. Ces images et toute la souffrance qu’elle a endurée me hantent à chaque instant.
Pour moi, à la lecture de l’autopsie mais aussi des dépositions de l’assassin présumé, Léa a été victime de tortures et d’actes de barbarie.

Aujourd’hui, au nom d’une loi votée 4 mois après les faits, qui rend obligatoire la présence d’un avocat pendant la garde à vue, la défense demande à ce que les dépositions de l’assassin présumé soient annulées.
(Arrêt, cours de cassation du 15 Avril 2011)

La cour d’appel de Montpellier a rejeté cette demande au motif que toutes les procédures en vigueur au moment des faits ont été respectées. L’assassin présumé s’est bien entretenu avec un avocat au début de sa mise en garde à vue mais l’avocat n’a pas assisté aux interrogatoires tout simplement parce qu’à ce moment là, la loi française ne le permettait pas.
(Arrêt, cours d’appel de Montpellier du 5 Juillet 2011)

La cour de cassation à cassé le jugement de Montpellier. Cette décision est pour moi totalement incompréhensible. Comment une loi, et à plus forte raison dans le cas d’un crime aussi atroce, peut-elle être rétro active ?
(Arrêt, cours de cassation du 17 Janvier 2012)

Je suis indignée, révoltée. Aujourd’hui l’assassin présumé dit ne se souvenir de rien et l’on voudrait retirer du dossier ses dépositions faites à un moment où il n’avait pas encore perdu la mémoire, où au contraire, il avait un souvenir très précis de ce qu’il avait fait.

Malheureusement Léa n’est plus là pour dire ce qui s’est passé.

Au nom de quoi peut-on effacer ces éléments essentiels qui contribuent à la recherche de la vérité, qui permettent d’établir comment se sont déroulés les faits mais aussi tout ce que Léa a subi.
Ces dépositions, avec les autres éléments du dossier d’instruction, permettront à la cour de se prononcer en toute connaissance de cause non seulement sur les faits qui sont avérés (l’autopsie atteste des viols, de l’acharnement et de la férocité des coups), mais sur la façon dont ils se sont déroulés et en particulier sur l’état de conscience de l’assassin présumé.

Celui-ci ne parle plus, ne se souvient plus et n’endosse pas la responsabilité de ce qu’il a fait. On peut craindre qu’il se positionne en victime. Victime de celui qui a amené la drogue, victime de la justice, et pourquoi pas, victime de Léa qui a eu le malheur de croiser sa route.
En une choquante inversion de propos, son avocat, Monsieur Epailly, déclarait sur le site de Midi Libre dans la rubrique réagir à l’article « guerre juridique autour du meurtre du jour de l’an » daté du 17/07/2011 que « Si l’Etat français ne résistait pas depuis 20 ans à la présence de l’avocat pendant la garde à vue, nous n’en serions pas là. Et si la justice n’existait pas, lorsque c’est votre enfant ou vous-même qui faites une bêtise (…), il n’y aurait plus qu’à se laisser torturer par la famille de la victime. »

Famille qui, jusqu’à maintenant n’avait pas pris la parole. Nous sommes restés discrets pour ne pas nous exposer, pour nous protéger, parce que nous faisons confiance à la justice.

Ma fille était une adolescente avec la vie devant elle, qui a été assassinée de la manière la plus atroce qui soit.
Aujourd’hui, je veux seulement que la justice soit rendue et que l’assassin présumé soit jugé avec tous les éléments du dossier d’instruction. En vertu de la vérité et de la justice il est inacceptable que ces dépositions puissent être annulées.

Léa a droit a un procès équitable, s’il vous plait ne lui enlevons pas ça aussi. »

Share on Facebook
Share on LinkedIn
[`evernote` not found]

Un commentaire

  • TEXIER Marie France
    3 février 2012 - 20 h 37 min | Permalien

    Non à l’injustice!! c’est ignoble!!

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Why ask?