Rythmes scolaires : l’urgence de s’y mettre !

2013 ou 2014 ?  Telle semble être la seule question que se pose la plupart de nos élus, chacun y allant de son petit calcul…financier !

Passer à la réforme en 2013, et ainsi bénéficier du coup de pouce accordé par la CAF, ou reculer à 2014 pour mieux sauter ? Comment réduire l’impact financier sur les deniers de la commune ? Comment adapter l’organisation complexe du personnel municipal s’occupant du périscolaire aux contraintes induites par cette réforme ?

Bref, les questions posées par cette réforme semblent bien éloignées … de l’intérêt des enfants ! La réforme elle-même, malgré ce qu’en dit notre ministre M. Peillon, semble par certains côtés aller à l’encontre du bien-être de l’enfant de par sa rigidité et sa complexité.

Et pourtant… malgré les nombreuses imperfections du texte voté, cette réforme est avant-tout une grande opportunité de réfléchir, au sein de chaque commune, à l’articulation qui doit exister entre l’école et le monde périscolaire : associations sportives et culturelles, halte-garderie, cantine, centre aéré, médiathèque, etc.

Devant l’ampleur du travail nécessaire à cette réflexion, il semble évident d’une part que l’option « 2014 » est la seule raisonnable, et d’autre part qu’il est urgent de s’y mettre. La responsabilité de nos élus est d’impulser la dynamique en réunissant autour d’une table enseignants, associations de parents d’élèves, responsables de l’accueil périscolaire et bien entendu toutes les associations tournées vers les enfants afin de dessiner, ensemble, l’emploi du temps futur de nos bambins.

Finir plus tôt dans la journée les cours à l’école, s’ouvrir au monde l’après-midi grâce à des activités associatives, offrir un vrai service public organisant le passage de l’école aux associations, tenant compte des contraintes horaires des parents, serons nous capables d’offrir cela à nos enfants ?

Alors pourra être discuté de finances, d’organisation du personnel municipal et de subventions de la CAF.

Share on Facebook
Share on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?